Mon déni de grossesse

dessin illustration humour femme enceinte déni de grossesse surprise maman

Nous sommes fin Mai 2012,nous avons déménagé dans la région il y a plusieurs mois. Après avoir logé  chez mes beaux-parents, dans des hôtels, camping et diverses locations au mois suite à nos difficultés pour trouver un logement, nous avons enfin décroché un rdv pour une location chez un particulier qui accepte de nous louer sa maison.

Je suis rassurée. Le rythme qu'imposait la non stabilité d'un logement m'épuisait. Je bossais à un rythme effréné dans un centre de rééducation, et il m'arrivait de me taper plus d'une heure de route la tête dans le cul aux aurores, pour me rendre au boulot. Sans compter cette putain de sciatique que je me traîne depuis des semaines... 

En ce moment je suis en vacances "forcées" pour 10 jours. Ma chef s'est rendue compte que je n'avais pas pris de congé depuis mon arrivée et mon contrat prenait fin dans un mois. Elle me les a donc imposées afin de ne pas avoir à tout me payer.
Les journées au boulot étaient chargées mais j'adorais ce travail ! D'ailleurs, si aujourd'hui j'espère vraiment obtenir mon diplôme, c'est aussi en grande partie pour pouvoir y retourner, en CDI...

J'observe alors un retard dans l'arrivée de mes règles, ce qui n'est pas habituel car je suis sous pilule et qu'elles sont régulières. Mais il est vrai qu'il m'est arrivée d'avoir du retard dans ma prise de la pilule. De plus, je me sens pas mal fatiguée ces derniers temps. Ma poitrine a grossi et j'ai senti quelques tiraillements au niveau des ovaires il y a peu. 
Je suis enceinte, je le sens, je le sais. C'est pas mon premier bébé, on ressent ces choses là. C'était pas vraiment prévu mais on en parlait depuis longtemps avec mon homme. On attendait d'être installés , ENFIN, chez nous. Donc finalement cela tombait pas trop mal vu que nous avions trouvé ce fameux chez nous !

Je ne fais même pas de test de grossesse... Je le sais, je n'ai pas de doute. Je n'ai jamais eu le moindre retard dans mes règles, sauf pour ma première grossesse. J'annonce donc la nouvelle au papa, à travers une chasse au trésor. Neuf post-it dispersés un peu partout dans notre chambre d'hotel. Chacun représentant 1 mois de grossesse. Oui, dans 9 mois nous allons avoir un bébé !
Il est un peu abasourdi sur le coup, mais tellement heureux !
Je prends donc rdv chez mon médecin qui me prescrira la fameuse prise de sang afin de confirmer ou pas mes doutes.

Lorsque les résultats tombent, le taux hormonal est relativement élevé. Mon médecin m'examine et me pose des questions puis m'annonce que ma grossesse est certainement avancée et que je serais enceinte d'environ 6 mois... Je ne dis rien, à dire vrai je n'en crois pas un mot. C'est pas comme si je n'avais jamais été enceinte ! Je m'en serai rendue compte ! Et puis comment peut il dater d'après une prise de sang ? De toute façon c'est un vieux de la vieille ce médecin, et il n'est peut être pas vraiment au point sur la question.

Et si j'attendais des jumeaux ? Ceci pourrait expliquer cela... Putain, des jumeaux !!! J'avoue je flippe quand même un peu ma race là !
Il me laissera les coordonnées d'une gynéco qui serait selon lui compréhensive et douce, et qui saurait nous aider durant cette période. Il me donna également un courrier à lui remettre afin de lui expliquer ma situation.

Je rentre et sur le trajet je me pose pas mal de questions... J'annonce alors la nouvelle au papa, qui ne sait pas trop quoi dire ni penser à ce moment là non plus. Je commence à me sentir mal... Après tout, c'est vrai qu'il y avait peut être eu des signes. Signes que j'avais mis sur le compte du stress de notre rythme de vie mais aussi du boulot. Il y avait cette fichue sciatique. C'est vrai que je bossais pas mal debout à piétiner toute la journée donc ça pouvait très bien venir de là aussi. Je n'avais pas de souvenir de nausées... non pas du tout ! Pour ma première j'avais vomis mes tripes pendant des mois ! Enfin quand même ! A 6 mois, on sent bébé bouger !!!  

J'allais le sentir le soir même... Comme une prise de conscience, mais sans vraiment vouloir en prendre conscience. C'est très bizarre comme sensation. Je crois qu'une partie de moi ne pouvait pas accepter de ne pas m'en être rendue compte tout ce temps... En fait, j'ai beaucoup de mal à réaliser. Je lui parle, je suis heureuse d'être enceinte. Mon homme aussi d'ailleurs. Je crois qu'on est tous les deux un peu dans le flou. Nous attendons le Rdv chez la gynéco pour l'échographie avec impatience !

Un rdv très difficile à obtenir rapidement. Malgré notre insistance auprès de la personne conseillée, puis l’hôpital ou autres cabinets, personne ne veut nous recevoir avant un mois. Impossible d'attendre si longtemps ! Nous avons besoin de savoir. Pas seulement de dater, mais aussi de savoir si tout va bien... Oui, je me dis que si jamais c'était vraiment le cas... J'ai bu, j'ai bouffé du foie gras et autres fruits de mer pendant les fêtes, du pâté, saucisson et autres interdits... S'il n'était pas "normal" ? ( Je mets des guillemets car je n'aime pas ce terme. ) Je ne me sentais pas capable de l'assumer et encore moins dans ces conditions là... Non, il y avait forcément une erreur. 

Il faut l'annoncer à la famille... Comment annonce t-on ce genre de chose ? La sœur de mon homme se marie dans quelques jours... Ça ne pouvait pas tomber plus mal ! Je ne veux et ne dois pas être l'attraction du jour. Je me sens hyper mal... Et nos parents ? Comment leur dire qu'ils vont certainement être grands parents dans 3 mois ! Je sais déjà que ma famille va croire que je leur ai caché tout ce temps. Nous avons déménagé soudainement et notre rythme de vie ne me permet pas de les contacter aussi souvent qu'ils le voudraient. Et puis, ce n'est pas le genre compréhensifs, du moins pas sur ça ! Une grossesse ça se sent forcément ! Je leur aurais forcément caché parce que je suis loin et qu'ils ne compteraient pas pour moi. Nos relations sont un peu tendues en ce moment, mon départ soudain a été difficile pour eux.  Et ce n'est pas le genre de chose facile à comprendre. Je panique, je stresse, je suis perdue ! Heureusement mon homme est là pour m'épauler et me ramener sur terre. 

Mon ventre s'est un peu arrondit, mais rien de bien flagrant. Nous devons nous rendre chez mes beaux parents et nous avons décidé de leur annoncer la chose durant notre weekend sur place... J'avoue que je ne suis pas à l'aise. Je ne sais pas comment ils vont le prendre et encore moins comment leur dire ! Que vont-il penser ? Et ma belle soeur... Je me sens tellement coupable vis à vis d'elle et du futur plus beau jour de sa vie qui approche à grand pas et moi qui débarque avec ma grossesse soit disant avancée ! 

Mon homme lui est stressé certes, mais plus confiant. Il connait sa famille et me dit que ses parents seront très heureux de devenir grands parents, qu'il ne faut pas que je m'inquiète et que ce genre de nouvelle n'est jamais mauvaise... Il me dit que sa soeur ne m'en voudra pas, qu'elle sera compréhensive et heureuse d'être tatie, mais que nous devons le dire au plus vite. Je suis de cet avis, il faut vite en parler, même si c'est assez difficile d'admettre à haute voix que j'ai loupé une grande partie de ma grossesse.
Avant de sortir de la voiture, je monte une ceinture gainante sur mon ventre...

Nous arrivons à l'heure du repas et nous passons rapidement à table lorsque mon homme se décide à annoncer la nouvelle. Tout le monde est ravi pour nous, un bébé est toujours une bénédiction ! Et viens la question fatidique : Et il est prévu pour quand ?
Je ne sais pas trop quoi répondre... Et je finis par dire qu'il était prévu pour fin Août... soit dans environ 3 mois. Ils ont bien évidemment été surpris et un peu choqués sur le moment. Ça laisse peu de temps pour s'y faire et puis surtout c'est très rapide. Oui en effet , alors imaginez pour moi ! Mais ils sont très contents pour nous au final.

Je me sens mieux, plus détendue. Je file vite retirer ma gaine. Pourquoi en avoir mis une ? Je pense que je ne voulais pas qu'on me pose la question sur une éventuelle grossesse et devoir l'annoncer moi même. Ça peut paraître bête puisque nous allions en parler mais il y a une différence entre le savoir et le dire... Le dire c'est l'admettre et en faire une réalité.

Lorsque j'enlève donc cette fichue gaine, je sens bébé bouger dans tous les sens. Comme si il était heureux de pouvoir se montrer. Je trouve que mon ventre a grossi ... Il est évident que je suis enceinte, même pour une personne non avertie. Je réalise que je suis certainement vraiment à 6 mois de grossesse...

Je l'annoncerais à mes parents le soir même. Je savais que cela serait difficile à comprendre. Bien que surpris, mes parents sont très heureux par la nouvelle et je n'aurai aucune remarque désobligeante sur mon déni de grossesse. 

Le rdv tant attendu chez la gynécologue pour l'échographie est arrivé. Mon homme travaillant ce jour là, c'est ma belle soeur qui m'y accompagne. Elle me garde ma petite puce dans la salle d'attente le temps de ma première rencontre avec bébé. Comme le médecin me l'avait stipulé, la gynéco se montre très compréhensive et surtout très douce. Elle me demande comment je me sens vis à vis de tout ça, comment a réagi la famille et surtout le papa. Elle me demande ensuite si je suis prête. Je lui dis avant toute chose que nous ne souhaitons pas connaître le sexe du bébé, quitte à être une surprise, autant que cela le soit jusqu'au bout. 

Elle me dit qu'elle ne va pas faire d'échographie approfondie, juste essayer de dater la grossesse et regarder si tout est bien en place. Elle me prendra un rdv chez une autre personne pour réaliser une échographie plus poussée.
Elle me verse l'espèce de gelée froide sur le bide...  Elle me demande de tourner la tête avant de commencer, au cas où le sexe de bébé serait mal placé. Puis elle me dit que je peux regarder... Je le vois, très bien même...trop bien ! Il est évident que cette grossesse ne date pas d'hier. Il est tellement gros qu'il est impossible de le voir en entier sur l'écran. Elle prend des mesures un peu partout, tout en me demandant de tourner la tête de temps en temps. Le verdict tombe... Bébé semble aller bien, pas de malformation visible pour le moment. L'épaisseur de la nuque est normale. En le voyant sur ce petit écran, je prends pleinement conscience de son existence. Le terme est diagnostiqué un peu plus tôt que prévu : le 7 Août. 

Coup de massue dans la tronche ! Plus que 2 mois et rien n'est prêt ! Sans compter au niveau de toute la paperasse pour la sécu et la CAF. Comment est ce que cela allait se passer pour mon congé maternité ? Heureusement mon contrat de travail se terminait fin Juin, donc quoi qu'il en soit je pouvais m'arrêter. J' avais de la chance sur ce coup là, comment ont fait les autres femmes ? Est ce que je pouvais prétendre au chômage alors que j'étais censée être en congé maternité ? Combien de temps va t-il falloir pour que tout se mette en place ? Bon, pour les affaires de bébé, j'ai gardé toutes les fringues de ma fille, c'est déjà ça. Il y a forcément un peu de neutre dans les premiers mois si jamais c'était un garçon...

La gynéco m'invite à prendre rdv pour les cours d'accouchement à la clinique où elle travaille, si toutefois j'acceptais d'accoucher là bas. Bien sûr que j'accepte ! Je me vois mal redéballer mon histoire à quelqu'un d'autre et surtout je suis à l'aise avec elle. Elle reprend également un rdv avec elle environ 15 jours avant la date du terme. Elle m'annonce aussi qu'un déclenchement sera possible étant donné l'incertitude sur cette fameuse date... Que bébé est déjà bien dodu. Nous en reparlerons au rdv suivant.

Environ une heure après être sortie de son cabinet, mon ventre a réellement pris forme. J'ai totalement pris conscience de ce bébé. Il est là, je suis à  7 mois et non 6 et je l'accepte. Il prend sa place, se montre fièrement ! Il attendait surement ce moment avec impatience. Mes collègues seront très surprise à mon retour de congés... La différence est spectaculaire !

Le temps passe vite, trop vite et j'ai peur que rien ne soit prêt pour l'arrivée de bébé. Nous nous attelons à la recherche de tout le nécessaire. On trouvera alors un lit évolutif sur le bon coin en très bon état et très joli. On achètera des vêtements neutres et sa toute première tenue de sortie puis tout le nécessaire à son arrivée. On est heureux...mais tout va très vite.
Comment font ces couples qui découvrent l'arrivée de bébé le jour même de l'accouchement ? C'est un tel chamboulement déjà alors que nous avons un petit peu de temps devant nous, alors pour eux ? 

Je suis contente que ce bébé arrive, j'ai hâte qu'il soit là et je n'ai pas la moindre idée du chamboulement que son arrivée va faire dans nos vies, surtout dans la mienne. S'il faut 9 mois pour façonner un bébé dans son ventre, il en faut tout autant pour se préparer psychologiquement à sa venue. Je vous parlerai de l'après l'arrivée de bébé dans un autre article. Car on parle souvent du déni en lui même mais peu des conséquences une fois l'enfant né. J'ai tout de suite aimé cet enfant, j'ai tout de suite été heureuse de l'avoir mais je n'étais pas prête malgré tout : Je n'en ai pas eu le temps.

Nous commençons les cours d'accouchement avec mon homme. A peine savons nous que bébé est là que je suis déjà là à apprendre à respirer entre les contractions... Lors de notre dernier rdv avec la sage femme, celle-ci nous annoncera que si bébé n'est pas sorti d'ici là, elle procédera à un déclenchement le 3 Août car son poids estimé est déjà important et aussi, je pense, parce qu'après ce weekend là elle sera en vacances...

Bébé ne sortira pas avant cette date butoir. Je dois donc rentrer à la clinique le vendredi 3 Août au matin, à jeun, afin de procéder au déclenchement...

Voilà pour la partie grossesse de mon déni. Cet article est assez long, je le conçois, mais il m'était difficile de synthétiser tout ça. Cela a été un vrai chamboulement dans ma vie, en temps que femme d'une part mais aussi et surtout en tant que Maman... Ne pas avoir vécu ma grossesse pleinement, ne pas avoir pris soin de mon bébé dès le départ sont mes plus grands regrets. Je m'en suis voulue longtemps... 

Cette culpabilité m'habite encore parfois. Mais j'ai eu le plus beau des cadeaux, un merveilleux petit bébé en parfaite santé. Notre rayon de soleil que nous aimons d'un amour inconditionnel, comme sa grande soeur et son petit frère qui arrivera un peu moins de 3 ans plus tard. Son arrivée a été un grand bouleversement, il nous a fallu nous y accommoder doucement, tisser des liens, rattraper tout ce temps perdu. Mais comme je suis fière de ce petit homme aujourd'hui ! 
Etre maman est le plus beau cadeau qu'une femme puisse rêver : Louis a été la plus belle surprise de notre vie, de la connaissance de son existence jusqu'à sa venue au monde que je vous raconterai prochainement.

J'espère que cet article vous aidera à un peu mieux comprendre ce qu'est un déni. A ne pas juger, et aussi pour certains à mieux me comprendre.
Merci d'avoir accordé un peu de votre temps pour me lire.


3 commentaires:

  1. C'est incroyable ce que le corps est capable de faire. Je suis toujours impressionnée des récits de déni.
    Merci de partager ton histoire. Ça aidera beaucoup de femmes, j'en suis sûre.

    RépondreSupprimer
  2. C'est incroyable ce que le corps est capable de faire. Je suis toujours impressionnée des récits de déni.
    Merci de partager ton histoire. Ça aidera beaucoup de femmes, j'en suis sûre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup... Il est vrai que le corps est capable de bien des choses. Je n'aurais jamais cru que cela pouvait m'arriver, et pourtant ! Comme quoi, cela tient parfois à peu de chose. Merci de m'avoir lu, je ne sais pas si ça aidera d'autres femmes mais en tout cas moi ça m'a beaucoup aidé. C'est un sujet assez taboo en dehors de notre couple, ça m'a fait du bien d'extérioriser tout ça...

      Supprimer