In Vie de Quiche

S'accepter pour avancer

dessin illustration corps femme deuil corps mince jeune maman grosse

Aujourd'hui j'ai décidé de vous parler d'un sujet qui me tient à cœur depuis un bon moment déjà, seulement je n'ai jamais réussi à trouver les mots pour débuter mon récit. Peut-être parce qu'il s'agit d'un sujet sensible, que je n'assume pas, ou bien la peur d'être jugée : Je suis grosse ! Je ne l'ai pas toujours été, loin de là même, et certains diront que j'exagère ( mais le penseront quand même un peu ), mais c'est un fait, je suis grosse et je déteste ce corps qui ne m'appartient plus depuis longtemps déjà !

Avant, j'étais assez sportive, je courrais beaucoup... Courir me permettait d'évacuer certaines choses, d'aller de l'avant et m'aidait à me sentir bien, ou du moins mieux, à gérer mon stress et expulser des sentiments enfouis profondément en moi. Et puis la vie a fait que petit à petit j'ai dû restreindre un peu tout ça, jusqu'à arrêter totalement après la naissance du petit dernier, pour des raisons médicales. Et tout s'est enchaîné...

On dit que le corps est le reflet de l'âme, je suis assez d'accord avec tout ça. Je pense que mon corps m'a dit stop, que s'en était trop et que j'avais besoin de lâcher prise. Mon état de santé s'est dégradé, sans que je ne puisse rien contrôler, moi qui ait toujours voulu tout contrôler dans ma vie ! J'ai donc été emportée malgré moi dans un tourbillon de fatigue extrême, entraînant des difficultés à me concentrer ou même à simplement réfléchir, des crises de stress et d'angoisse, des sautes d'humeur, des périodes dépressives plus ou moins longues, et tout un tas d'autres choses plus ou moins difficiles à gérer avec bien évidemment, une prise de poids.

J'ai donc naturellement tout essayé pour reprendre le dessus : revoir mon alimentation, faire du sport à nouveau, de la méditation, exprimer mes émotions, apprendre à les comprendre et à les accepter, essayer d'avancer lentement mais surement. Car malgré ce tsunami géant, j'ai toujours gardé confiance en moi. J'ai toujours su que tout ça n'était qu'une période et que j'allais finir par prendre le dessus. Qu'il fallait que je passe par là, que ce chemin était nécessaire pour avancer, et je n'ai jamais renoncé. J'ai lâché un peu parfois, marqué une sorte de pause car il le faut pour pouvoir continuer de se battre de façon efficace, mais jamais je n'ai renoncé. En vain... mon corps n' a jamais évolué dans le bon sens. Peut-être n'est-ce pas la bonne façon de procéder.

Cela ne m'a cependant pas empêché de rester femme malgré tout. Pas forcément la femme que j'avais envie d'être, que j'ai envie d'être, mais une femme malgré tout. De toute façon j'ai ce corps là que je le veuille ou non, alors autant faire au mieux avec ! Je continue donc de porter des robes ou des jupes, de façon quotidienne. Je déteste porter des pantalons ( alors que je ne portais que ça ado ! ). Je ne me sens pas à l'aise dedans et j'ai besoin de me sentir féminine, et je peux au moins contrôler ça ! Bon, pas autant qu'avant parce que cela reste compliqué de se trouver jolie quand on déteste son reflet dans le miroir, mais j'y travaille ! Et à vrai dire, je me suis toujours moqué de ce que peuvent penser les gens de moi. Je sais par expérience que quoi que l'on fasse, peu importe que l'on soit gros ou mince, bien dans sa peau ou pas : il y aura toujours des gens pour vous critiquer, pour appuyer là où ça fait mal juste pour le plaisir, par divertissement ou simplement pour ne pas voir ses propres problèmes.

À dire vrai, j'éprouve plutôt de la pitié pour ses gens là... Devoir en arriver là pour se donner une quelconque importance, se sentir supérieur... Bof, je ne les envie pas ! Ces personnes là ne devraient pas nous atteindre, peu importe qu'elles soient proches ou pas : vous connaissent-elles vraiment ? Savent elles pourquoi vous en êtes là aujourd'hui ? Et n'est-ce pas un peu de leur faute aussi ? Rabaisser, directement ou indirectement, au lieu d'aider ? On ne devrait pas leur donner d'importance, ou du moins, on ne devrait pas donner d'importance à leur jugement. Il ne faut pas les juger non plus pour autant, ces personnes ont certainement leurs raisons aussi mais je n'ai bizarrement jamais vraiment eu l'envie de creuser plus loin avec ce genre d'individu, plus parasites qu'aidant. Le travail à fournir serait bien trop grand et au final, ils ne peuvent être aidés que par eux même... Et il y a déjà bien assez à faire avec soi pour aller s'emmerder pour des gens qui au final ne feraient rien pour toi.

Je pense que pour retrouver un corps que je pourrais regarder de nouveau dans la glace, il faut que j'accepte de laisser du temps au temps, de lâcher prise et surtout de vivre pleinement. Aujourd'hui je suis mariée à un homme extraordinaire et j'ai trois merveilleux enfants, et je suis tellement heureuse et gratifiante envers la vie de me permettre de vivre ce bonheur. Je sais, par expérience, que la vie ne tient qu'à un fil et que tout peut s'arrêter du jour ou lendemain. J'ai donc décidé de vivre ma vie pleinement, de profiter de chaque instant, de profiter de mes enfants et de mon homme, et de me concentrer sur ce bonheur qui me rend heureuse chaque jour et de tirer un trait sur le reste.

Une décision difficile, car tirer un trait sur certaines choses nécessite aussi de tirer un trait sur certaines personnes. Mais j'ai passé tant de temps à tout faire pour être celle que l'on attendait de moi que j'en avais oublié qui j'étais. Ce passage à vide m'a permis de réaliser tant de choses. Aujourd'hui je suis moi, je me suis totalement retrouvée : quel bonheur !! Quelle tristesse aussi d'avoir perdu tant de temps, d'avoir été brimée si longtemps ! Aujourd'hui je suis moi et j'assume entièrement la personne que je suis, et plus personne ne pourra m'enlever ça. Je n'ai plus peur de me montrer telle que je suis, de ne plus rentrer dans ce moule illusoire parce que le paraître est plus important que l'être. Ce discours ne vous parle peut-être pas, parce que vous ne connaissez pas encore mon histoire, et parce que je ne sais pas si un jour j'aurai le courage de vous la raconter, mais il est nécessaire et salvateur ! 

Alors oui, aujourd'hui je suis grosse parce que la vie a fait que je devais passer par là, mais aussi parce que j'ai essayé de combler un vide. J'ai pris conscience de certaines choses et que cette prise de conscience était très dure et il m'a fallu prendre des décisions bien plus difficiles encore. Parce que j'ai tellement emmagasiné pendant des années que ça ne pouvait plus durer éternellement ! J'ai dit ce que j'avais à dire, fais ce que j'avais à faire, tirer un trait là où il devait être tiré, et surtout accepté les conséquences. Peu importe ce que l'on peut raconter à mon sujet, peu importe la manière dont certaines personnes peuvent me voir : j'aurai été juste ! Et ça, on ne pourra pas me le reprocher. Et je sais que d'avoir jeté ce pavé dans la mare ne sera peut être pas vain, et aidera d'autres personnes qui en auront besoin : Je serais là si nécessaire.

Profiter de la vie, vivre chaque instant intensément, regarder mes enfants jouer, rire, prendre du temps avec eux, pour eux. Passer des moments tous ensemble, se créer des souvenirs, s'aimer, se parler, s'accepter. Je reviens de loin, j'ai encore un bout de chemin à faire, mais je suis bien entourée ! J'ai confiance, il faut du temps au temps. Et un jour, je pourrai de nouveau me regarder dans le miroir et me trouver aussi belle que dans les yeux de mon mari. Et ça, ça n'a pas de prix !

Je suis peut être grosse, je ne suis peut être pas la personne que l'on attend de moi, mais je suis moi et tant pis pour celles et ceux qui ne sont pas capables de m'aimer et de m'accepter telle que je suis. J'ai tout pour être heureuse et je ne l'ai jamais été autant qu'aujourd'hui !

Souriez, vous êtes en vie !



3 commentaire(s):

  1. Comme vous le dites le principal c de s accepter soit même... Ne pas s inquièter du regard des autres et de profiter à fond de sa famille .. Si votre homme et vos enfants vous trouvent belle c le principal... Et je pense que c surtout le regard sur nous même qu il faut accepter.. Ya pas plus critique que notre propre regard... Et vous êtes très belle sur la photo.. ����

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup... J'ai longuement hésité avant de d'écrire et surtout de publier cet article. Des messages comme le votre me prouvent que j'ai eu raison de le faire. Merci pour votre soutien depuis le tout début, merci pour tout !

    RépondreSupprimer